in

Le CFCM appelle les musulmans de France à différer l’accomplissement du pèlerinage (Hajj) à l’année prochaine

Le bureau du CFCM, réuni en visioconférence mercredi 10 juin 2020, s’est penché sur la question du pèlerinage à la Mecque (Hajj) de l’année 2020/1441 qui interviendrait entre la dernière semaine de juillet et la première semaine d’août 2020. La période du voyage pourrait être allongée ou réduite selon les formules proposées par les organisateurs.

Compte tenu du contexte de la pandémie COVID-19 et de l’incertitude qui entoure les conditions d’organisation du pèlerinage cette année, le CFCM appelle les personnes désireuses d’accomplir le Hajj à l’extrême vigilance et leur conseille fortement de ne pas s’engager auprès d’un opérateur ou d’un quelconque intermédiaire qui exige le versement d’un acompte. Il convient de préciser que dans le contexte actuel, la souscription à une assurance n’aura aucun effet dans le cas d’une annulation.

Publicité
Publicité
Publicité

Compte tenu des délais trop courts qui nous séparent du début du pèlerinage et l’absence d’informations officielles des autorités saoudiennes ainsi que des conditions inconnues de l’ouverture des frontières internationales (dates, quarantaine, etc…), le CFCM recommande vivement aux musulmans de France de différer leur projet de pèlerinage à l’année prochaine.

Le CFCM appelle solennellement les opérateurs du Hajj, dont la responsabilité morale et juridique est immense, à renoncer cette année à l’organisation du pèlerinage afin de préserver la vie de leurs candidats qui sont souvent d’un âge avancé et donc davantage vulnérables au COVID-19.

En effet, malgré le recul du COVID-19 dans certaines régions du monde, aucune autorité médico-scientifique n’est en mesure de rassurer les pèlerins sur les grands risques qu’ils encourent en effectuant ce voyage vers les lieux saints.

De nombreux pays musulmans ont d’ores et déjà annoncé la suspension du pèlerinage pour leurs ressortissants, et de nombreux savants musulmans ont salué cette décision qui trouve sa justification dans le principe fondamental de la préservation de la vie.

Publicité
Publicité
Publicité

Paris, jeudi 11 juin 2020

Mohammed MOUSSAOUI

Président du CFCM

Commentaires

Laissez un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Chargement…

0

Soufiane Djilali: “Nous travaillons pour construire un Etat de droit en Algérie”

Maroc : le Coronavirus paralyse le secteur artisanal