in

Nouvelle flambée de coronavirus en Cisjordanie

Trois mois après la découverte du premier cas de COVID-19 en Cisjordanie, une nouvelle vague épidémique frappe la Palestine, encore plus fort que la première fois, alerte un article de Mondoweiss.

« Au cours des 48 dernières heures, plus de 100 cas de virus ont été confirmés en Cisjordanie occupée, à Jérusalem-Est et dans la bande de Gaza – et ce nombre continue d’augmenter. Le nombre actuel de cas actifs dans ces trois territoires, vendredi soir, était de 271. Rien que jeudi, 50 nouveaux cas ont été signalés, dont plus de 90% dans la région d’Hébron au sud de la Cisjordanie. C’était la première fois depuis des semaines que le ministère de la Santé enregistrait des cas de COVID-19 à deux chiffres.

Publicité
Publicité
Publicité

Le district d’Hébron, nouvel épicentre de COVID-19

Vendredi, au moins 70 nouveaux cas ont été recensés. Vendredi soir, ce nombre a continué d’augmenter. Il s’agit du plus grand nombre de nouveaux cas signalés en un jour depuis la première épidémie de virus en mars, alors qu’un peu plus de 40 cas avaient été signalés dans la ville de Bethléem. Mais le gouvernorat de Bethléem, qui était autrefois l’épicentre de l’épidémie, semble s’en être quasiment débarrassée. Le district d’Hébron, le plus grand district de Cisjordanie, se prépare à devenir le nouvel épicentre de COVID-19 en Palestine, avec une étonnante majorité des cas qui y sont signalés.

Juste après Hébron, c’est la région de Naplouse dans le nord de la Cisjordanie, qui est inquiétante, avec au moins 20 nouveaux cas de virus signalés.

Selon les rapports de Wafa, l’ agence officielle de l’Autorité palestinienne, des dizaines de nouveaux cas ont été retracés parmi les ouvriers palestiniens qui travaillent en Israël. Après la fin du ramadan et de la fête de l’Aïd à la fin du mois de mai, des travailleurs palestiniens ont recommencé à travaillé en Israel et font tous les jours des aller-retours entre la Cisjordanie et Israël pour gagner leur vie.

Publicité
Publicité
Publicité

Jusqu’au mois dernier, l’Autorité palestinienne travaillait avec Israël pour suivre l’entrée et la sortie des travailleurs afin de s’assurer qu’ils étaient testés et mis en quarantaine à leur retour chez eux. Mais l’arrêt de la coordination sécuritaire entre Israël et l’Autorité palestinienne a surtout affecté le domaine de la santé ! Et la propagation du virus parmi ces travailleurs n’est plus contrôlée, certains se demandent même si le nombre de cas réel n’est pas encore plus élevé que celui déclaré.

« Le Premier ministre Mohammed Shtayyeh n’a pas encore annoncé de verrouillage national, laissant apparemment la décision de fermer à chaque gouvernorat – le seul à avoir fermé partiellement jusqu’à présent a été le district de Naplouse. Des villes comme Bethléem et Hébron restent ouvertes, les gens faisant la navette entre elles sans entrave, tandis que les magasins de détail, les restaurants et les rues restent bondés et les consignes de distanciation physique ne sont pas appliquées. Cette fois, l’approche décontractée du gouvernement vis-à-vis du virus trnche radicalement avec ses efforts de confinement agressifs au début de l’épidémie » s’inquiète Yuma Patel dans Mondoweiss

EuroPalestine

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Chargement…

0

Le Coran est-il la source du sexisme de l’Islam ?

Lettre au Président de la République sur le “monde d’après”: quel apport des musulmans de France ?